Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 16:30
Ardeurs...


Je ne te veux encore qu’à peine dévêtue,
Juste un peu de désordre semé à tes atouts.
Ce n est qu’un peu plus tard que je te verrais nue,
Si douce est cette attente qui précède l ‘Amour !

Ton corsage est ouvert sur tes formes divines,
Ta jupe est remontée au plus haut qui se puisse.
Ma bouche, tour à tour, prend tes pointes mutines,
Tandis que de ta main, tu me guides à ta cuisse.

Durant un long baiser où se cherchent nos langues,
Tes jambes lentement, s ‘ouvrent à mes caresses.
Il n est pas temps encore d’aller à ce triangle,
Il nous faut prolonger l ‘attente de l ‘ivresse.

De mes doigts je te frôle, sur cette peau si douce,
A quelques millimètres de ce velours intime,
Tournant et retournant sans que je ne le touche,
Amenant nos désirs au point le plus ultime

Tu es de mes aurores et de mes crépuscules,
Aussi long soit le jour, tu vis en mes pensées.
Aux songes de mes nuits, telle une libellule,
De tes ailes légères, tu me souffles un baiser.

Ces jours où je te vois et qui se font trop rares,
Mon cœur endimanché ne se sent plus de joie.
Mes lèvres se font douces, les tiennes se séparent,
Et en un long baiser, s ‘éveillent nos émois.

Envahis d ‘un Amour, parcourus d ‘une ivresse,
Mon désir et le tien, dès lors ne font plus qu ‘un,
Ma main cherche ton sein qui se tend et se dresse
Sous ce tissu léger de soie ou de satin …

Je ne te veux encore qu’à peine dévêtue,
Juste un peu de désordre semé à tes atours.
Ce n est qu’un peu plus tard que je te verrai nue,
Si douce est cette attente qui précède l ‘Amour !

Ton corsage est ouvert sur tes formes divines,
Ta jupe est remontée au plus haut qui se puisse.
Ma bouche, tour à tour, prend tes pointes mutines,
Tandis que de ta main, tu me guides à ta cuisse.

Durant un long baiser où se cherchent nos langues,
Tes jambes lentement, s ‘ouvrent à mes caresses.
Il n est pas temps encore d’aller à ce triangle,
Il nous faut prolonger l ‘attente de l ‘ivresse.

De mes doigts je te frôle, sur cette peau si douce,
A quelques millimètres de ce velours intime,
Tournant et retournant sans que je ne le touche,
Amenant nos désirs au point le plus ultime

Matt .

Partager cet article

Repost 0
Published by Matt Rix
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Mon Antre Manuscrite
  • Mon Antre Manuscrite
  • : Pensées et ressentis
  • Contact

Recherche

Liens