Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 14:04

Voici la femme au sein fleuri,
À qui les nuits de mai sont dures,
Et qui prend son doigt pour mari,
Chaque soir sous les couvertures.

Elle rêve d'un beau gars nu
Qui, bien vautré sur sa poitrine,
éjaculerait à jet continu...

Repost 0
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 14:02

Chaleur... Midi passé. Au beau milieu du lit,
je me suis allongé pour prendre du repos.
Un volet reste clos, et l'autre bâille un peu :
la lumière ressemble à celle d'un sous-bois,
D'un crépuscule à l'heure où Phébus se retire,
ou quand la nuit n'est plus, sans qu'il fasse encor jour.
Lumière que l'on offre aux amantes timides :
c'est l'abri espéré par leur chaste pudeur.
Corinne m'a rejoint, tunique dénouée,
ses cheveux en bandeaux me cachent son cou blanc.
Telle, Sémiramis allait vers son époux,
et telle fut Laïs, aux si nombreux amants.
J'arrachai la tunique : elle ne gênait guère,
(si fine) — elle luttait pour en rester vêtue.
Elle luttait, mais sans vraiment vouloir gagner,
et ne fut point fâchée de se rendre, vaincue...
Quand sans voile elle se dressa devant mes yeux,
sur son corps tout entier, nul défaut, nulle part.
Ses épaules, ses bras, que je vis et touchai!
La forme de ses seins, faite pour les caresses !
Et ce ventre si plat sous cette  gorge intacte !
La hanche, douce et pleine, et la cuisse, si jeune!
Des détails ? À quoi bon ? Tout méritait éloge
et tout contre mon corps je serrai son corps nu.
Le reste... Fatigués, nous dormîmes ensemble.
Ah ! donnez-moi souvent un tel après-midi !

(Les amours)
Ovide (43 AV. J.C. - vers 18 APR J.C.)

Repost 0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 17:24
Comme une envie de toi

Là au fond de moi,

Un petit désir coquin

Qui fait le malin.



 



Repost 0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 16:41

Toi,
Mon Poussin,
Toi qui est au loin,
Te sentir j’en ai besoin,
Sur ton corps mes mains,
Comme cette brise du matin,
Effleurer le bout de tes seins,
Adorable dans ce sublime écrin,
En dentelle noire qui te va si bien,
Comme les vers qui forment ce dessin qui s’affiche dans tes yeux coquins.

Repost 0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 16:31

Quand le vent se lève au petit matin,
La lune disparaître derrière brouillard et embrun,
Plus qu’une ombre ce bateau qui s’en va au loin,
Affronter vagues et tempêtes c’est son destin,
Accompagné dans sa quête par mouettes et dauphins,
Dans la nuit des milliers de diamants illumine son chemin,
Le jour, le soleil déchire le ciel et tanne sa peau de marin,
La cale est pleine et présage le retour parmi les siens,
La grande voile gonflée à bloc et voir se dessiner enfin,
Au soleil couchant la côte au milieu de cet écrin,
Accoster décharger et rentrer car il a besoin,
De retrouver celle pour qui il y a ce refrain.

Repost 0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 16:30

Je ne te laisserai pas t’enfuir,
Je ne te laisserai pas m’oublier,
Je ne te laisserai pas souffrir,
Je ne te laisserai pas désespérer,
Je ne te laisserai pas t’assoupir,
Je ne te laisserai pas pleurer,
Je vais veiller à t’épanouir,

Je vais t'embrasser,
Je vais te prendre te saisir,
Je vais te chérir te caresser,
Je vais faire monter ton désir,
Je vais dans tes yeux plonger,
Je vais te donner du plaisir,
Je vais te faire rigoler,

Et toute la vie recommencer,
T’émerveiller te chérir,
Oh ma bien aimé,
Te le dire,
Poupée.

Je t’aime,
je t’adore,
je t’embrasse
partout et là aussi.

Repost 0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 16:21

Toi qui est si belle,
Qui sous le soleil étincelle,
Au bord de la rivière sort ton ombrelle,
Puis la chaleur sous les tonnelles,
Enveloppe ton corps d’hirondelle.
Ton parfum aux allures Chanel,
Sur tes seins caresse la dentelle,
De ce chemisier en flanelle,
Tes yeux soudain étincellent,
Je te vois qui chancelle,
C’est le plaisir charnel,
C’est à toi que je dédie ce poème.

Repost 0
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 14:07

rêve volupté.jpg

Unis par l'insolence de nos mots, nous plongeons dans l'échancré de la nuit sombre.
Désunis par l'indolence de nos deux corps, nous tombons dans l'ouverture de nos ombres.
Entravés par nos sobres pensées, nous restons campés dans la dure réalité.
Libérés par nos rêves enfiévrés, nous grimpons dans les degrés de la volupté.
Laissons-nous aller à rêver.
Parce que c'est toi.
Parce que c'est moi,
Parce que c'est nous.

 

Repost 0
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 14:05

 

La pluie a encore frappé,

Ce matin elle a dégénéré,

En une douche satinée,

Sur ma peau bronzée.

Douche nue.


Douche nue.jpg

 

Repost 0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 14:48

Quand à peine vêtue d’un léger tissu
laissant deviner tes seins d’albâtre,
Un léger bas recouvrant tes jambes nues
Cachant à peine ce feu de l’âtre.

sous la mousse tendre
sommeille un brasier,
Comme un volcan encore en cendre
Qui ne fait que somnoler.

De mes doigts j’entrouvres
Avec délicatesse tes dentelles,
J’humes et je découvres
Ces arômes naturels.

Grande est ma tentation
Ou je ne peux résister,
Sous le feux de l’action
De ma bouche et le savourer.

Dans cette fontaine de jouvence
je m’abreuves de cet élixir,
ou le nectar est en abondance
Entre ce mélange de désir et plaisir.

Repost 0

Présentation

  • : Mon Antre Manuscrite
  • Mon Antre Manuscrite
  • : Pensées et ressentis
  • Contact

Recherche

Liens